Mois: juin 2017

En marche ou crève

The-Long-Walk.jpg

« They brought death to my hometown ».
Bruce Springsteen

En rumeur, l’adaptation de l’un des premiers romans de Richard « Stephen King » Bachman accompagne la déferlante de sorties cinéma et TV basée sur l’oeuvre du maître.

Actuellement sur les petits écrans, Stranger Things citait, à minima, 4 figures clés de la teen culture 80’s : Steven Spielberg (ET), John Carpenter (The Thing), Joe Dante (Explorers) et Stephen King (The Body, aka Stand by me au cinéma). Et c’est vrai que l’auteur horrifique a plus que jamais le vent en poupe.

Après l’adaptation télévisuelle d’Under the Dome et 22.11.63, pas moins de 7 projets majeurs sont annoncés :
The Dark Tower : Akiva Goldsman à la production, tu auras peur ;
– It : Cory Fukunaga a jeté l »éponge et le setting fondateur des sixties, soit l’enfance de King, n’est pas respecté. Donc ça aussi ça fait très peur ;
Une nouvelle adaptation TV de The Mist en série : d’après la longue nouvelle Brume en Français, variation sur le thème du Dawn of the Dead de Romero (lui même variation du Masque de la mort rouge de Poe) et déjà adaptée pour le cinéma par Frank Darabont ;
Mr Mercedes : David « Ally McBeal » Kelley est listé, après sa présence au générique de 22.11.63. J’ai aperçu des images. Noir, sans concession. Intéressant ;
The Talisman : annoncé comme étant produit par Amblin Television. Donc les petites mains de Spielberg seraient de la partie. Ca fait très longtemps je crois que Spielberg a dit son intérêt pour ces deux romans écrits à 4 mains avec Peter Straub.
The Stand, annoncé également.

L’été de mes 13 ans j’ai eu à choisir entre Ca/It et Marche ou crève (The Long Walk). J’ai choisi Ca. 25 ans plus tard, je profite d’un week end de trois jours pour enfin me mettre En marche. Je découvre l’une des oeuvres les plus passionnantes de King. Dans un avenir indéterminé et totalitaire, des jeunes gens s’inscrivent de leur plein gré à une marche annuelle, encadrée par l’armée américaine et retransmise à la télévision. Ils sont une centaine à avoir été sélectionnés. Agés de 14 à 20 ans, l’ennui, la défection parentale ainsi qu’un mélange de défiance et de croyance premier degré en La Marche semblent être leur seule raison d’être là. Dès que l’un deux s’arrête à plus de trois reprises, il est sommairement exécuté.

Bien que l’histoire épouse le cheminement d’un seul personnage, King fait émerger une bonne dizaine de portraits, sans crier gare et sans effort. Pas de description à rallonge, pas de cliffhanger lourdingue avec dénouement 3 chapitres plus loin  (une scorie chez lui). Juste une ligne droite, une étude de caractères, une critique franche et coupante du draft pour la guerre Vietnam. Ce roman jumeau de The Running Man, qui à la base narrait la traque d’un everyday man poursuivi à travers tout le pays, porte en lui le sentiment de défiance contre-culturelle de son époque.

Critique de la société du spectacle, critique des corps d’état, critique des autorités : ces deux romans de jeunesse disent toute la défiance envers le monde des adultes et d’une façon plus large, la conduite de leur pays.

On pense à la demonstration de Kent state, qui le 4 mai 70 s’est terminée dans un bain de sang. On pense aux films de genre Eco-Sociaux de l’époque – Rollerball, Soylent Green, Silent Running – et à leur pendant potache, le Deathrace 2000 de l’écurie Corman.

Cette contre culture première main chez King, s’est quelque peu diluée dans le grand guignol dans des années 80. En 1986 dans ItKing juxtapose son enfance dans les années 60 avec le present era des années Reagan. Ce Ronald McDonald de foire qui dévore les enfants avec de grands élans d’hémoglobine, ne serait-il pas lui aussi la métaphore d’un pays sacrificiel ?

Dans l’attente de voir une adaptation filmée, qui pourrait donner une oeuvre sèche remettant la teensploitation à sa place, ce roman figure selon moi aux côtés du meilleur de King, à savoir The Gunslinger et Salem’s Lot.

S.T.

Un américain parapluie

C94iwXoXoAEp45D.jpgC’est un amoureux intransigeant de Jazz. Elle est apprentie actrice. Ils se rencontrent un soir dans la Cité des Stars…

La la land de Damien Chazelle s’impose comme un film générationnel fort, au même titre que Drive dont il partage la principale vedette masculine. Comédie romantique teintée de Musical et d’amour impossible, le film se veut le miroir d’un monde culturel où tout cohabite : la comédie musicale US, sa ré-interprétation Made in France, le Jazz, une reprise de Ah ah et les smartphones. Tout semble se mélanger de façon fluide. C’est en apparence la célébration de notre époque Spotify-Google

Sauf que lui veut sa cave de jazz et le mystère d’une musique secrète, au coeur de la nuit Noire et appréciée d’une poignée de plus en plus clairsemée de mélomanes. Tandis qu’elle veut les paillettes d’une vie riche et superficielle. Bref entre eux, c’est le jour et la nuit. Au delà du discours sur le show Vs business, qui fait régulièrement le sujet à peine caché de certaines oeuvres US, il y a bien quelque chose qui ne fonctionne pas entre eux et dans ce monde apparement si fluide et idyllique. A la communauté amoureuse, le film oppose l’individualisme.

Les regards de chien battu de Gosling, l’alchimie parfaite avec sa partenaire, la sublime Emma Stone repérée il y a déjà 10 ans dans Superbad, le travail sur les couleurs, les musical numbers, la façon de capter la nuit… Après le gentillet-mais-faut-pas-pousser Whiplash, qui disait l’amour du Jazz mais peinait à faire vivre « un monde autour », Chazelle cristallise ici, au delà d’une rencontre désenchantée, l’agrégat culturel de notre époque. Ce monde là, le film le dessine aussi bien qu’il le questionne. Dans les années 70 et 80, la culture et le cinéma étaient encore des questions sociales centrales. Il fallait se battre pour ne pas rester KO. Et selon ce que l’on choisissait, Johnny Cash ou Halliday, Mozart ou Sheila, tendait à vous définir au sein du groupe. La culture était une quête en soi. Aujourd’hui, tout est virtuellement accessible mais le savoir et le partage n’est plus la question. C’est pour moi le message sous-jacent de La la land.

Après la déception Marc Webb, la disparition de Craig Brewer, le meh Baumbach et en attendant de revoir Dunham post Girls,  Chazelle trouve toute sa place, avec Jake Paltrow et JC Chandor, sur mon radar US.

S.T.

A voir

Les Parapluies de Cherbourg, Jacques Demy, 1964.

Singing in the Rain, Stanley Donen & Gene Kelly, 1952.

United Airlines, Take me along, Michael Cimino, 1967.
500 Days of summer, Marc Webb, 2009.
The Fabulous Baker Boys, Steve Kloves, 1989.